Colloques 2018

Vie et survie des langues minoritaires (occitan): quelles stratégies dans une Europe en mouvement ? Quelles stratégies dans un univers mondialisé, numérisé et connecté ?

Retrouvez les

vidéos du

colloque ci-dessous

L’ESOF est la grande manifestation européenne pour les sciences et les technologies qui a lieu tous les deux ans. Elle se tient cette année à Toulouse. L’IEO (Institut d’Estudis Occitans) prendra part à la manifestation sur les thématiques des langues minoritaires et de leur informatisation, qui sont deux thématiques importantes au niveau de la communauté européenne.

En ce début de XXIème siècle, la problématique des langues et notamment des langues minoritaires se présente sous un jour nouveau.


La mondialisation des échanges et les mobilités accentuent les mutations sociolinguistiques. La numérisation du signe et l’Internet modifient les utilisations traditionnelles des langues.

Dans cette situation nouvelle qu’en est-il des langues minoritaires ? Les mutations jouent-elles en leur faveur ou en leur défaveur ?

L’IEO (Institut d’Estudis Occitans) organise un débat sur les stratégies possibles pour le XXIème siècle autour du cas particulier de langue occitane.

Quelles sont donc les stratégies possibles pour une langue minoritaire comme l’occitan ? Au cours de ce séminaire, nous allons examiner trois angles d’action stratégique différents.


Le premier thème est relatif à la numérisation de l’occitan, au TAL (Traitement Automatisé des Langues) et à l’outillage informatique de la langue.

Précisons qu’il ne s’agit donc pas de la présentation sous forme numérique de la culture occitane mais bien d’outils qui permettent de manipuler la langue.


Le second thème s’intéresse aux locuteurs. Que sait-on des politiques européennes et des actions sociolinguistiques en faveur des langues ? Quels sont les résultats scientifiques ou empiriques des actions menées ?

Le troisième thème portera sur les rapports de domination entre langues et le prestige. Que nous dit l’histoire à ce sujet ?
Comme beaucoup de langues minoritaires, le principal atout de l’occitan réside dans le prestige de l’œuvre d’art. Dans quelle mesure la production littéraire peut-elle participer à la défense d’une langue en cours de minorisation ? Quelles sont les stratégies possibles pour les traducteurs ? Comment les outils numériques peuvent aider à la recherche de prestige ?

 

Le séminaire se donne pour but de réunir trois approches différentes mais qui peuvent concourir à la défense ou la promotion de l’occitan :

  • L’action sociolinguistique en faveur de l’occitan : que peut-on en attendre ?

  • L’outillage informatique de l’occitan : que peut-on en attendre ?

  • Résister aux rapports de domination linguistique : que peut-on attendre de l’œuvre occitane ?

La particularité de ce séminaire est d’essayer de produire des recoupements entre ces trois démarches : comment ces trois actions stratégiques peuvent converger ?


Le séminaire a pour but de faire le point sur chacun des thèmes avancés mais également de faire circuler la parole entre les spécialistes.

Invités institutionnels : OPLO (Office Public de la Langue Occitane), DGLFLF (Délégation Générale à la Langue Française et aux Langues de France), CIRDOC (Centre Interrégional de Développement de l’Occitan)

 

Programme détaillé provisoire 

Les intervenants seront prochainement annoncés

10h : accueil des participants. Mot de bienvenue et présentation du séminaire de travail (Pèire Brechet, président IEO et officiels)

10h30- 12h30 Table ronde élargie : L’action sociolinguistique en faveur de l’occitan : que peut-on en attendre ?

Un peu partout dans le monde et en Europe, les décideurs prennent conscience du déclin des langues locales, devant les langues officielles mais aussi devant des langues étrangères plus puissantes en termes de locuteurs et de domaines d’utilisation.


Des actions volontaires sont menées pour réintroduire ou au moins stabiliser l’usage des langues minoritaires. Ces actions touchent à l’enseignement, la visibilité, la transmission générationnelle, les droits juridiques. Des méthodes de revitalisation ont été imaginées.

Qu’est-il permis d’espérer dans le cas de l’occitan ? La question sera posée au travers de l’expérience de revitalisation linguistique menée dans le Val d’Aran. Cette petite région de langue traditionnellement occitane (aranais) se trouve dans un espace catalanophone et hispanophone beaucoup plus vaste. Les efforts pour soutenir l’aranais sont réels. Quels sont les résultats statistiques de l’action de revitalisation ? Quelles leçons méthodologiques peut-on en tirer ?

En comparaison, quelle revitalisation est envisageable en Occitanie et en particulier dans les Pyrénées ?
Comment le Traitement Automatique de l’Occitan peut devenir un atout dans la revitalisation linguistique ?

 

14h00-15h45 Table ronde élargie : l’outillage informatique de l’occitan : que peut-on en attendre ?

Cette table ronde part du constat que les langues sont en cours de numérisation et que leur manipulation se fait de plus en plus à l’aide d’outils informatiques ou au travers d’outils informatisés. Comme l’exprime le réseau européen META-NET (Multilingual Europe Technology Alliance), les langues ne sont pas toutes égales face aux technologies informatiques : une langue, l’anglais, est bien dotée ; les autres langues sont à des degrés divers en retard technologique.


Compte-tenu des nombreuses contraintes portant sur l’occitan, peut-on imaginer des choix stratégiques dans le développement d’outils linguistiques ? Sur quel aspect de la langue doit-on faire porter l’effort scientifique et technique ?
Ainsi il ne s’agit pas seulement de faire le point sur les travaux (menés en grande partie par le Congrès permanent pour la langue occitane) mais de se demander quel outil peut servir pour quel contexte d’utilisation.

L’enseignement, la recherche, la traduction ou la création ont certes de besoins assez faciles à cerner. Mais qu’en est-il dans les autres domaines de la vie quotidienne : les objets communicants, les appli des tablettes ou smartphone, les robots domestiques (par exemple les robots pour la petite enfance), les dispositifs automatiques qui twittent ou qui parlent ?

 

Comment faire pour que l’occitan numérique soit visible ou audible afin d’attirer une nouvelle génération ? La langue minoritaire a une réalité d’autant plus grande qu’elle fait partie (ou a fait partie) du quotidien vécu (notamment sonore).
Le but à court terme consiste à être prêt lorsque la recherche produira de nouveaux outils numériques, inimaginables clairement aujourd’hui mais dans lesquels l’occitan peut avoir une place.
Il s’agit donc d’améliorer l’expertise en TAL (Traitement Automatisé de la Langue) mais d’assurer aussi une veille technologique pour que l’occitan saisisse une occasion à venir si elle se présente.

16h Table ronde élargie : Résister aux rapports de prestige linguistique : que peut-on attendre de l’œuvre et de la traduction occitane ?

On ne peut pas nier que les langues soient organisées selon des rapports de domination. En ce début de XXIème siècle, ces rapports s’organisent à l’échelle mondiale.


Plusieurs facteurs peuvent agir en faveur ou défaveur des langues : l’enjeu politique (cf. table ronde sur l’action sociolinguistique), le contexte technique d’utilisation (cf. table ronde sur l’outillage informatique), les investissements affectifs, le nombre de locuteurs etc...

Peut-on également faire intervenir la notion de prestige qui serait non réductible à la puissance (économique, militaire, culturelle) ?


Avec la mondialisation, le combat pour le prestige devient politiquement plus organisé et plus féroce que jamais. Dans quelle mesure une langue minoritaire doit investir la recherche de prestige ? Quels sont les effets de traduction pour une langue minoritaire ? Dans la concurrence mondiale, la langue minoritaire ne peut-elle pas plutôt s’engager dans une stratégie de distinction (styles nouveaux, arts nouveaux, utilisation nouvelle, communauté nouvelle) ?

Si pour l’essentiel les espoirs de visibilité se portent sur la chanson occitane, les supports et outils numériques (comme le livre électronique ou livre augmenté) ne sont-ils pas un passage obligé pour l’œuvre occitane ? Dans quelle mesure les outils de TAL (Traitement Automatique de la Langue Occitane) sont des atouts pour l’Occitan ? Autrement dit, l’œuvre occitane peut-elle être prestigieuse sans être moderne y compris techniquement ?

17h30 Derniers échanges, restitution, mot de clôture

 

17h45 Clôture du séminaire

Mise en ligne des vidéos en cours

Pèire BRECHET

President de l'IEO

Introduccion

Aitor CARRERA

Cadièra d'Estudis Occitans

Univ. de Lhèida

Part 1/2

Aitor CARRERA

Cadièra d'Estudis Occitans

Univ. de Lhèida

Part 2/2

Fabrici BERNISSAN

IEO, ensenhaire de

lenga occitana a

l'Universitat Joan Jaurés

Part 1/2

 

Fabrici BERNISSAN

IEO, ensenhaire de

lenga occitana a

l'Universitat Joan Jaurés

Part 2/2

 

Marc VIDAL

Administrateur de l'IEO

Part 1/2

 

Marc VIDAL

Administrateur de l'IEO

Part 2/2

 

Myriam BRAS

Professeur en science

du langage

Université Joan Jaurés

Part 1/3

Myriam BRAS

Professeur en science

du langage

Université Joan Jaurés

Part 2/3

Myriam BRAS

Professeur en science

du langage

Université Joan Jaurés

Part 3/3

Isabelle FERRANÉ

Maître de conférence

Université Paul Sabatier

Part 1/2

Isabelle FERRANÉ

Maître de conférence

Université Paul Sabatier

Part 2/2

Alem SURRE GARCIA &

Sèrgi VIAULE

Part 1/3

Alem SURRE GARCIA &

Sèrgi VIAULE

Part 2/3

Alem SURRE GARCIA &

Sèrgi VIAULE

Part 3/3

Institut d'Études Occitanes

© 2018 per IEO

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon